Note sur la fécondité de Caridina longirostris H. Milne Edwards, 1837 et de son évolution au cours de l’incubation sur une petite rivière du Nord de Mayotte, archipel des Comores, Sud-Ouest de l’océan Indien (Decapoda : Atyidae)

Pierre Emmanuel HOARAU, Pierre Bernard VALADE

Résumé


Abstract: The complex life cycle of amphidromous species is shared between the ocean and rivers. Management actions can easily take place only in rivers. The knowledge of the reproduction biology of a shrimp such as Caridina longirostris H. Milne Edwards, 1837 is essential in order to protect and preserve populations in Mayotte Island. Fecundity and brood evolution were studied on a small stream in the North of the main Island of Mayotte. Ovigerous females were sampled by electrofishing and measured. Eggs were counted and characterized by their stage of development. Fecundity fluctuates between 435 and 2,195 eggs for individuals from 22.0 to 32.5 mm. It is positively correlated with the female size. The decrease of 19.4% of fecundity during the incubation is only noticed in shrimps under 28 mm. This result would be explained by the fact that bigger females are not enough numerous in the sample. Furthermore, the lost in smallest females would partially be due to the egg volume increase of 49.8%.
Résumé : Le cycle de vie amphidrome, partagé entre l’océan et les rivières, est complexe. Les mesures de gestion des peuplements des espèces qui possèdent ce type de cycle de vie ne peuvent facilement être mises en place qu’en rivière. La connaissance de la biologie de la reproduction des crevettes comme Caridina longirostris H. Milne Edwards, 1837 est primordiale afin de protéger et de conserver les populations de l'île de Mayotte. C’est dans ce contexte que la fécondité et l’évolution de la ponte au cours de l’incubation ont fait l’objet d’une première investigation sur une petite rivière du Nord de l’île de Grande Terre de Mayotte. Des femelles ovigères recueillies par pêche électrique ont été mesurées. Leur ponte a été dénombrée et caractérisée par rapport à leur développement. La fécondité de 435 à 2 195 œufs pour des individus de 22,0 à 32,5 mm est positivement corrélée avec la taille des femelles. La diminution de 19,4% de la fécondité au cours de l’incubation est observée uniquement chez les femelles de moins de 28 mm. Cette observation résulterait d’une sous représentativité des gros individus. De plus la perte chez les petites femelles serait en partie due à l’augmentation de 49,8% du volume des œufs.


Texte intégral :

PDF